Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018 : des Jeux Olympiques « verts » ?

Les organisateurs de la prochaine édition des Jeux Olympiques d’Hiver à PyeongChang ont promis un objectif zéro émission. Visant à se distinguer des Jeux précédents de Sotchi qui avaient causé de nombreux scandales environnementaux, les J-O de PyeongChang avait annoncé la couleur, et celle-ci devait être « verte ».[1]

Bonjour les énergies renouvelables !

Fermes à éoliennes, panneaux solaires, géothermie, plusieurs infrastructures ont été spécialement construits afin de permettre aux bâtiments qui accueillent les compétitions de compenser leur émission carbone. Ainsi d’après les dernières études, 12% de l’énergie consommée par les Jeux Olympiques de PyeongChang sera fournie par des énergies renouvelables.[2]

Alpensia Resort and a wind farm in Pyeongchang

Ces J-O ont aussi misé sur les transports publics pour réduire les émissions. Une ligne à très haute vitesse a été construite pour que près de 20 000 spectateurs par jour puissent voyager entre PyeongChang, Seoul et l’aéroport International de Incheon. De plus, quelques 150 voitures électriques ont été mises à disposition pour les volontaires et le staff des Jeux Olympiques.

La face cachée des Jeux Olympiques « verts » de Pyeongchang :

Malgré cette volonté de démontrer que des Jeux Olympiques « verts » c’est possible, la construction de la piste de ski pour les compétitions de ski alpin cache une bien triste réalité.

En effet, la fédération Olympique a des restrictions très strictes en ce qui concerne la piste de ski. Une de ces restrictions est que celle-ci doit se situer à 800m au-dessus de la mer. C’est pour cette raison que les autorités coréennes avaient choisi en 2011, après l’élection de PyeongChang pour les JO de 2018, le Mont Gariwang, une montagne située dans la région de Gangwon. Élevée à près de 1520m d’altitude, ce mont était à priori l’endroit parfait pour construire la nouvelle piste de ski. Seulement voilà, le Mt. Gariwang accueille une des dernières et plus anciennes forêt vierge de Corée.

Les JO aux prix de la forêt du mont Gariwang :

Vieille de près de 500 ans, cette forêt fut reconnue en 2008 par le Service de Protection des Forêts de Corée comme site protégé. Elle accueille notamment une faune et flore unique au monde dont plusieurs espèces d’arbres qui existent exclusivement en Corée. L’une d’entre elles est l’arbre « Wangsasre », un type de bouleau hybride.[3] Mais on peut aussi y trouver des pins de Corée ou des If d’Asie.[4]

©UnofficialNetworksDe nombreuses espèces en voie de disparition vivent également dans cette forêt dont la loutre eurasienne, le chat-léopard, la martre (un type de loutre) ou bien l’écureuil volant. Mais en 2013, les autorités coréennes ont retiré cette forêt des sites protégés, pour permettre la construction de la piste. Malgré de nombreuses pétitions et d’opposition par des ONG coréennes, 58 000 arbres fut détruit soit près de 78 hectares de forêt.[5]

C’est plus qu’un environnement protégé qui a été sacrifié. La forêt du Mt. Gariwang était également un site sacré pour les Coréens. En effet, depuis le 14e siècle, les rois de la dynastie Joseon y faisaient pousser leur Ginseng. Le Mt. Gariwang était de part ce fait un lieu de pèlerinage et prières pour de nombreux Coréens.

Et après…

Les organisateurs des Jeux Olympiques de PyeongChang affirment avoir pris en compte l’impact de cette destruction et ont promis de replanter quelques 174 hectares de forêt. Mais les associations écologiques maintiennent que rien ne pourra remplacer un écosystème développé pendant un demi-millénaire.[6]

 

Des Jeux Olympiques, verts, mais à quel prix ?

 

Merci beaucoup à Morgane pour son article !

A propos de Morgane :

Morgane Travers est une journaliste freelance basée à Londres, qui s’intéresse aux sujets sur l’environnement et les dépenses énergétiques.

Pour la contacter : morganetrvs@gmail.com.

 


Sources:

[1] https://www.olympic.org/fr/news/pyeongchang-2018-souligne-les-succes-du-developpement-durable

[2] https://www.utilitywise.fr/2018/02/06/bilan-ecologique-des-jeux-olympiques-de-pyeongchang-2018/

[3] http://www.gamesmonitor.org.uk/node/1942

[4] https://www.theguardian.com/environment/2015/sep/16/olympic-organisers-destroy-sacred-south-korean-forest-to-create-ski-run

[5] http://www.ecolowebinfo.com/une-foret-sacrifiee-pour-4-jours-de-ski/

[6] https://pc2018.com/environmentalists-oppose-new-ski-slope-plan/

A propos Intervenant KCB

Laisser un commentaire