Découverte du livre « Rencontres entre les deux Corées »

« Rencontre entre les deux Corées » est une réunion virtuelle entre la Corée du Nord et du Sud. Depuis que la Corée a été scindée en deux, tout les opposent. Pourtant, la question de la réunification du pays demeure toujours un sujet brûlant. Ce livre nous guide dans notre réflexion sur le rêve coréen d’un pays réunifié, d’un ensemble enfin retrouvé. Eva John, l’auteur, part à la rencontre des Coréens afin de recueillir leur témoignage et leur point de vue sur la séparation de leur pays. Est-ce réellement « l’impossible réunification ? »

 

Organisation et contenu de "Rencontres entre les deux Corées"

 

Eva John :

Eva John est diplômée d’un master « Pratique du journalisme européen – Parcours Allemand » de la Sorbonne Nouvelle. Devenue journaliste, elle habite depuis 2009 à Séoul où elle est correspondante pour les journaux « Libération » et « Ouest France ». Aussi, elle collabore régulièrement avec « Radio Canada » et la radio coréenne « KBS ». Eva John a également écrit pour le site internet « Rue89 » et réalisé un reportage pour le magazine « Causette ».

 

 

Point Histoire :

  • Conséquence malheureuse de la guerre froide :

À l’aube de l’achèvement de la Seconde Guerre mondiale, le 9 août 1945, l’URSS s’implante en Corée, au nord du 38e parallèle. Les États-Unis, étant alors en guerre froide avec l’URSS, décident de s’y installer à leur tour, au sud, le 8 septembre.

En 1946, l’URSS crée un comité provisoire à Pyongyang au nord, avec Kim Il-sung à sa tête. Au sud, les premières élections ont lieu en 1948 et Syngman Rhee devient le premier président de la République de Corée. À partir de cet instant, chaque partie s’estime légitime de reconquérir l’autre.

  • La Guerre de Corée :

L’armée de la République populaire démographique de Corée, avec l’appui de l’URSS, tente d’envahir la Corée du Sud le 25 juin 1950. Il compte sur une attaque éclair afin d’envahir la partie sud avant que les Américains ne puissent réagir. Le 27 juin, l’ONU demande à ses États membres d’apporter une aide militaire à la Corée du Sud. Le 30 septembre, les troupes des Nations Unies parviennent à repousser les troupes venues du nord. La Chine, craignant pour sa frontière, viendra apporter son soutien à la Corée du Nord. Les États-Unis ne souhaitant pas entrer en conflit avec la Chine veulent à présent rétablir uniquement la frontière au 38e parallèle, mais plus envahir le Nord. Les négociations finiront par aboutir, le 27 juillet 1953, à la signature d’un armistice et la reconnaissance de deux Corées bien distincte. La guerre de Corée à provoquer 2 millions de morts civils et militaires et une perte de matérielles de 3 milliards de dollars.

Depuis, la Corée est partagée par une frontière physique de 248 km de long pour environ 4 km de large, étroitement surveillée au Nord comme au Sud.

  • De l’armistice à aujourd’hui :

L’Histoire coréenne connait un nouveau bouleversement le 30 mars 2013 par le désir du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, d’entrer à nouveau en conflit avec la Corée du Sud et les États-Unis. La Corée du Sud refusera toute négociation tant que le Nord continuera sa course à l’armement nucléaire. Toutefois, le dialogue reprendra entre les deux Corées à l’initiative du nouveau président sud-coréen, Moon Jae-in. Le 27 avril 2018, le sommet intercoréen mène à une déclaration commune de fin de la guerre. Un traité de paix devrait être signé d’ici la fin de l’année 2018.

 

Rencontres entre les deux Corées

 

Réunifier le pays à tout prix ?

Alors que les relations s’apaisent entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, la réunification ne parait plus très loin. Pourtant, est-ce véritablement la meilleure option ? Après la fin de la guerre de Corée en 1953, plus de soixante ans les séparent. La réunification semble plutôt un doux rêve, un fantasme que souhaite chacune des deux parties. Cependant, elle ne parait plus si évidente, bien qu’il est tabou de ne plus vouloir cette réunification.

  • Pourquoi la réunification ?

Chacune des deux Corées souhaite cette réunification depuis toujours. Elle la considère comme un devoir. Le Nord désire libérer le Sud de l’emprise des Américains et de l’idéologie capitaliste. Pour le Sud, il est impossible de continuer à vivre sans sa partie Nord, car la Corée partage 5 000 ans d’Histoire, une culture et une langue commune. Bien que la réunification soit une ambition politique partagée, de moins en moins de Coréens, en particulier au Sud, déborde d’optimisme. Au Sud, les anciens continuent de vouloir majoritairement cette réunion entre les deux Corées. À leurs yeux elle doit se faire rapidement, car les Coréens partagent le même sang. Alors, pourquoi rester séparé plus longtemps ? Les jeunes générations sont plus partagées par cette idée. Ils ne veulent pas faire les frais de cette réunification, mais ne pas vouloir former une seule et même Corée reste un sujet controversé.

  • Le Sud doit-il absorber le Nord ?

Cela sonne comme une évidence. Depuis la fin de la guerre, la Corée du Sud s’impose maintenant à l’international et s’est enrichie. Pourtant, elle n’aurait pas la force de supporter un tel choc économique, politique et sociétale.

Cette séparation entre le Nord et le Sud est souvent comparée à celle de l’Allemagne, après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, la situation est loin d’être identique. Il y a une trop grande disparité de revenus entre le Nord et le Sud. « Le revenu moyen par habitant au Nord est de 800 dollars, contre 27 000 dollars au Sud, soit un rapport de 3 à 100. On n’a jamais vu deux pays présentant un tel écart économique s’unir. » Nous confit Kim Byung-yeon dans son portrait. En comparaison, celui de l’Allemagne était de 100 pour 25. Aussi, une réunification prématurée entrainerait des taux d’intérêt très instables. De nombreux investisseurs seraient alors prêts à retirer leurs capitaux et les entreprises et les ménages sud-coréens deviendraient surendettés ou en faillite. Par conséquent, une réunification immédiate parait inimaginable.

  • Une réunification progressive plutôt qu’immédiate ?

Si la Corée veut un jour être réunifiée, cela ne pourra se faire que de manière progressive. Dans un premier temps, la péninsule devra déjà opérer une réunification politique avant d’envisager l’intégration économique. De belles opportunités d’investissements au Nord pour les Sud-Coréens pourraient aider le Nord à redresser son économie. Aussi, cela faciliterait la mobilité des personnes, des idées et des capitaux.

 

Les Coréens sont-ils toujours un seul et même peuple ?

Il n’y a malheureusement pas que des raisons politiques et économiques à prendre en compte pour envisager une réunification. Aujourd’hui que sont vraiment les Coréens ? La population du Nord et du Sud de la péninsule et divisée depuis si longtemps qu’ils ne semblent plus partager grand-chose si ce n’est des racines communes.

 

« Je pense avoir plus en commun avec des étudiants de Tokyo, Londres ou New York qu’avec ceux de Pyongyang. […] De nos jours, les jeunes sud-coréens sont extrêmement influencés par l’occident. » – Yeo Hyun-jun.

 

L’ouverture de la Corée du Sud sur le reste du monde et son rapprochement avec les États-Unis a eu une influence très importante sur le système de pensée de la population sud-coréenne. Ils bénéficient d’une liberté d’opinion politique et de libre circulation des personnes et des idées qui sont des concepts totalement inconnus en Corée du Nord. De plus, aujourd’hui, même la langue a énormément évolué notamment au Sud où de nombreux mots anglophones sont venus enrichir leur dictionnaire. Enfin, le monde hyperconnecté et la société informatisée sont inconnus des Nord-Coréens. Ces grandes différences sont autant de barrières qui s’opposent à la réunion des deux populations coréennes bien qu’elles ne la rendent pas impossible.

 

« L’indifférence des jeunes sud-coréens vis-à-vis de Pyongyang s’explique également par le fait que tout ce qui touche au Nord a un aspect quelque peu ringard. On a tendance à se moquer. À nos yeux, la Corée du Nord fait figure de pays très lointain. » – Yeo Hyun-jun.

 

Si la réunification voit le jour, il faudra inévitablement mettre en place des programmes afin d’aider les Nord-Coréens à s’adapter à tous ces changements de manière progressive. Certaines associations et organismes sud-coréens œuvrent déjà dans ce sens en aidant les réfugiés nord-coréens à comprendre comment fonctionne la société sud-coréenne. Enfin, les Sud-Coréens devront apprendre à être plus tolérants face à leurs voisins du Nord.

 

Rencontres entre les deux Corées

 

Et si l’échange était mieux que la réunification ?

La réunification semble tellement évidente depuis si longtemps que l’on n’ose pas imaginer que le Nord et le Sud restent séparés encore longtemps. Cependant, de nombreuses différences les opposent aujourd’hui et les deux parties semblent avoir pris des chemins différents. Une troisième option semble possible. Celle de maintenir une stabilité au Nord et favoriser les contacts et les échanges bilatéraux plutôt que d’absorber le pays. Cela permettrait d’éviter un trop grand risque d’instabilité sur la péninsule. Alors, faut-il abandonner les Nord-Coréens à leur situation actuelle, privée des libertés élémentaires ? En proie à la pauvreté et la famine ? Non, évidemment. Le Sud s’engagerait à envoyer une aide humanitaire et à aider au respect des Droits de l’Homme en Corée du Nord.

En Bref :

Bien que la Corée du Nord et du Sud soit très différente aujourd’hui, une réunification semble toujours possible même si elle n’est plus évidente. Si elle vient à se produire un jour, elle devra de toute façon se faire de manière progressive et non dans la précipitation. Cela permettra au Sud de limiter les conséquences, notamment économiques, et de permettre au peuple nord-coréen de s’adapter. Aussi, une troisième option se dessine : celle de conserver les deux pays. Voisines, les deux Corées pourraient avoir chacune leur indépendance tout en permettant la libre circulation des personnes et les échanges économiques et culturels.

Je me suis toujours intéressée à la séparation des deux Corées, au point de vue de mes amis sud-coréens sur la question. J’ai vraiment pris du plaisir à découvrir ce livre, à enfin pouvoir comprendre et saisir les enjeux de ce rêve de réunification. Je ne peux que vous conseiller vivement de le lire pour comprendre encore mieux les Coréens. Ce n’est pas seulement une question politique et économique, mais bien l’identité de la Corée dans son ensemble qui est retracée dans cet ouvrage. Tous les témoignages, les points de vue des différents intervenants sont riches d’enseignements et d’informations.

 


Vous souhaitez acheter ce livre ?

Rendez-vous sur le site internet d’Hikari Edition.

 

Ou bien,

 

Rendez-vous à la librairie Le Phénix –  72, boulevard de Sébastopol 75003 Paris – ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h

Sur leur site internet

A propos Clothilde

25 ans, diplômée en Communication. Je suis fascinée par l’Asie depuis mon enfance. Curieuse et avide de découvertes, j'ai envie de partager avec vous ma passion pour la Corée du Sud. J'aime les voyages, l’architecture, la musique, l’écriture et les plaisirs simples que la vie a à nous offrir.

Une réflexion au sujet de « Découverte du livre « Rencontres entre les deux Corées » »

Laisser un commentaire