Découverte du livre « Portraits de Séoul »

« Portraits de Séoul » est l’un des guides culturels et touristiques de la collection « Vivre ma ville » aux éditions Hikari. Cette approche originale vous invite à découvrir la ville autrement. Au travers de l’expérience de ces personnes qui se sont totalement immergées dans la culture coréenne.

Un concept original :

Dans la collection « Vivre ma ville », Hikari Edition nous offre la possibilité de voyager totalement autrement. Ainsi, « Portraits de Séoul » nous permet d’appréhender la culture coréenne grâce à différents portraits. Chacun des intervenants nous raconte son histoire avant de nous livrer un top 3 de ces coups de cœur ainsi que ces adresses favorites.

Le choix des portraits est très pertinent. En effet, on retrouve une grande diversité de personnes :

  • Célébrités françaises en Corée: Fabien Yoon & Ida Daussy
  • Adopté coréen: Frank Leroy
  • Étudiante en échange: Héloïse Peschard
  • Entrepreneurs : Karim Khouider & Olivier Mouroux
  • Youtubeur : Michael Elliott
  • Journaliste: Anthony Dufour
  • Coréen(ne)s de différentes professions: Gonne Choi, Bokyoung Yun, Gangseo Lee, Gwangsoo Kim-Jho & Minju Song

L’ensemble de ces portraits incarne un échantillon très représentatif de la population de la ville de Séoul actuelle. Les expériences de chacun sont vraiment intéressantes et riches d’enseignements. En effet, ils nous permettent de mieux appréhender la capitale sud-coréenne, mais aussi, plus généralement, la complexité de la culture coréenne.

Des adresses originales :

À la fin de chaque portrait, nous retrouvons les adresses habituelles de l’intervenant. Ses restaurants favoris, ses cafés préférés, ses sorties habituelles, ses visites de prédilection et ses adresses shopping. Leurs Tops 3 sont composés de leurs trois adresses préférées, toutes rubriques confondues.

L’approche originale de ce guide est idéale pour découvrir des adresses uniques, propre à la personnalité et au style de vie de chacune des personnes présentées. Certaines adresses reviennent parfois plusieurs fois alors on ne peut qu’être sûr qu’il ne faut pas les manquer !

Des portraits saisissants :

Nous découvrons Séoul d’une manière plus profonde, sans filtre. C’est pourquoi, certains profils peuvent être vraiment marquants et très critiques envers la société coréenne, envers cette ville nouvellement ouverte au monde, dont l’évolution rapide laisse à la fois perplexe et admiratif.

Nous abordons de nombreux sujets clés, représentatifs de la société et de la culture coréenne. La place des femmes, la famille, les relations amoureuses, l’homosexualité, l’adoption, la pression scolaire et sociale, l’évolution « trop » rapide de la ville de Séoul, etc. Tous ces portraits nous permettent de nous donner une image réelle de la Corée d’aujourd’hui, bien loin de la représentation idyllique véhiculée par la vague hallyu.

Il serait beaucoup trop long de m’attarder sur chaque portrait. Cependant, j’aimerais tout de même vous présenter plus en détail certains d’entre eux qui m’ont particulièrement marqué.

Gwangsoo Kim-Jho, cinéaste et militant gay :

L’homosexualité, sujet toujours très sensible actuellement en Corée du Sud. Gwangsoo Kim-Jho est l’une des toutes premières personnalités à assumer fièrement son homosexualité en œuvrant pour faire changer les mentalités coréennes.

Avec ce portrait, nous découvrons la perception de l’homosexualité en Corée du Sud. Considérée comme une « maladie » en 1970, Gwangsoo a été témoin de l’exclusion de ces voisins par le reste des habitants de son quartier, lorsqu’ils se sont aperçus que les deux hommes étaient un couple et non des frères.

Cette orientation sexuelle, cette « différence » avec les autres, Gwangsoo s’en est aperçu au collège. Il se posait alors mille questions, pensant que son rêve de devenir réalisateur allait s’envoler, car c’était une réelle impasse en Corée du Sud. Il pensait que son « cas » était irrécupérable. L’un de ses professeurs l’avait d’ailleurs mis en garde contre cette « maladie incurable qui va l’obliger à gaspiller sa vie en obsessions sexuelles et à faire l’amour n’importe où avec n’importe qui. » La réaction de la fondation d’aide sociale n’est pas plus louable, lui indiquant qu’être homosexuel c’est commettre un péché mortel et qu’il faut se rendre à l’église pour se soigner…

Gangseo Lee, prête catholique :

Le portrait de Gangseo Lee est particulièrement saisissant. Il nous présente la ville de Séoul d’autrefois et son impressionnante évolution. Une transformation fulgurante qui se fait parfois au détriment de ses habitants… Gangseo Lee nous décrit la détresse des populations défavorisées, oubliées, qui vivent sous un amas de déchets.

Aussi, Gangseo Lee nous présente la ville de Séoul durant les années 1980, juste avant les Jeux olympiques de 1988. Le gouvernement ne souhaitait pas présenter cette misère au reste du monde. Ainsi, la Corée du Sud entreprend de grands projets de reconstruction pour les quartiers défavorisés. L’évacuation de la population s’est faite de manière très violente. L’entreprise de construction n’a pas hésité à engager des gangs pour menacer et violenter les résidents afin de les forcer à quitter leurs habitations.

(Pour plus d’informations sur le phénomène de l’urbanisation en Corée du Sud vous pouvez lire le livre « Urbanités Coréennes ».)

Minju Song, chercheuse, traductrice :

Minju Song nous présente son histoire à travers ses déménagements dans la capitale sud-coréenne. Avec son expérience, nous touchons à une notion fondamentale de la culture coréenne : l’importance de son image. La pression scolaire, le système ultra-compétitif et ses conséquences dramatiques sont aussi abordés.

À travers son portrait, Minju Song nous dépeint une Corée très superficielle où l’image que l’on donne aux autres est d’une importance capitale pour réussir. Tout est pris en compte : le quartier de résidence, ses ambitions, ses loisirs, etc. Même dans le milieu scolaire, il est nécessaire de faire partie des meilleures écoles et d’être classé parmi les premiers de son établissement.

La famille, ainsi que le rôle de l’homme et de la femme dans un couple sont aussi partiellement abordés.

En bref :

J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce guide. J’aime beaucoup son approche qui, bien que percutante, nous donne une représentation très réelle de la Corée du Sud. En dehors de ces portraits, tous très enrichissants, les adresses recommandées sont vraiment sympas et m’ont aussi fait découvrir de nouveaux lieux à expérimenter durant mon prochain séjour.

Aussi, la conclusion de ce livre m’a totalement conquise. Après avoir lu tous ces portraits, certaines personnes pourraient ne plus vraiment avoir envie de découvrir ce pays fascinant dont je suis passionnée. Ce bilan de la fin met tout à fait les mots sur mon ressenti, mes sentiments pour ce pays fascinant qu’est la Corée du Sud. Une chose est sûre, il faut faire soi-même l’expérience de cette ville unique.

« Il y a deux types de visiteurs qui quittent Séoul : ceux qui ne comprennent pas l’intérêt d’avoir visité cette forêt de béton et de lumière ; ceux qui sont frappés d’un choc quasi mystique. »

En revanche, il y a quelques coquilles présentent dans la rédaction, mais on leur pardonne aisément grâce à l’incroyable qualité du contenu. Enfin, vous pourrez retrouver à la fin du guide, un plan des régions de Séoul, du centre et de son métro ainsi qu’un glossaire culinaire. De plus, les infos pratiques sont vraiment très complètes et précises. Elles vous seront précieuses pour l’organisation de votre séjour.

Je ne peux que vous recommander à 100% la lecture de « Portraits de Séoul ».

 

Connaissez-vous déjà ce guide ? Quels sont les portraits qui vous ont le plus touché ? N’hésitez pas à me donner votre avis par commentaire !


Vous souhaitez acheter ce livre ?

 

Rendez-vous sur le site internet d’Hikari Edition.

 

Ou bien,

 

Rendez-vous à la librairie Le Phénix –  72, boulevard de Sébastopol 75003 Paris – ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h

Sur leur site internet

A propos Clothilde

26 ans, écrivain public et diplômée en Communication. Je suis fascinée par l’Asie depuis mon enfance. Curieuse et avide de découvertes, j'ai envie de partager avec vous ma passion pour la Corée du Sud. J'aime les voyages, l’architecture, la musique, l’écriture et les plaisirs simples que la vie a à nous offrir.

Une réflexion au sujet de « Découverte du livre « Portraits de Séoul » »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.