Découverte du livre « Quelque chose de Corée du Sud »

Un peu plus d’un an après la sortie de son premier guide sur la Corée du Sud, la maison d’édition Nanika vient de sortir sa deuxième édition de l’ouvrage « Quelque chose de Corée du Sud ». Cette nouvelle version s’enrichit d’informations culturelles supplémentaires ainsi que d’une carte interactive mapstr.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore les guides des Éditions Nanika, ce sont des ouvrages bien éloignés des guides de voyages classiques. « Quelque chose de Corée du Sud » vous invite à découvrir le pays du matin calme d’une façon plus originale : à travers tout ce qui constitue la véritable identité coréenne.

Immergez-vous totalement dans sa culture en explorant tous les éléments définissant le peuple sud-coréen. De son histoire à ses légendes, des arts traditionnels aux arts modernes. Puis, des richesses de sa cuisine à la culture de la boisson sans oublier les religions et les croyances qui les habitent.

 

Élise Ducamp

 

La cofondatrice de la maison d’édition Nanika est aussi la formidable auteur de « Quelque chose de Corée du Sud ». Éditrice de métier et diplômée de Littérature comparée, Élise est passionnée par les cultures asiatiques. Habituée du Japon, elle découvre la Corée du Sud en 2016 et son identité bien à elle. À son retour en France, Élise est affligée par le manque de livres sur la Corée du Sud. En dehors des guides de voyages traditionnels, il n’y a que très peu d’ouvrages abordant la culture coréenne. C’est alors la naissance de la première édition de « Quelque chose de Corée du Sud » en mars 2018.

 

Histoire & Traditions

Pour découvrir un pays, il faut commencer par le début ! « Quelque chose de Corée du Sud » nous plonge dans les racines même de la péninsule Coréenne. On découvre le mythe de la création de la Corée : la rencontre du Dieu du Ciel avec un ours et un tigre qui souhaitent tous deux devenirs humains. C’est la naissance du royaume de Gojoseon ! Ensuite, nous partons à la découverte des trois Royaumes, de Joseon, puis de la colonisation japonaise jusqu’à la guerre de Corée entrainant la division de la péninsule.

Progressivement, nous passons de l’Histoire à la société coréenne. La signification de son drapeau, la découverte du Hangeul, les bases du langage ainsi que la façon très propre des Coréens pour calculer leurs âges. Nous abordons aussi les traditions coréennes. On découvre la hiérarchie précieuse de la société, le kibun – autrement dit, la nécessité de ne pas faire perdre la face à un Coréen – les noms coréens et l’art d’offrir un cadeau, avec tous les codes que cela implique 😉 . Nous sommes en Corée pardi !

 

Art & Culture 

Pour cette seconde partie, tour d’horizon de l’art et de la culture coréenne qui sont une véritable mine d’or ! Évidemment, on ne peut aborder le pays du matin calme sans parler de l’architecture traditionnelle des palais et des maisons hanok. Élise vous livre également le secret de la signification de la tapisserie située derrière le trône du roi ! Non, elle n’est pas uniquement là pour faire joli dans la pièce ^^.

 

Représentation de la tapisserie illustrant la Corée. Elle se trouvait derrière le trône du roi.

Ensuite, nous poursuivons notre promenade par la littérature coréenne. De son genre oral traditionnel (comme le pansori) à la littérature contemporaine jusqu’au manhwa (les « mangas » sud-coréens).  Découverte de l’art à proprement parler, notamment celui du céladon. On aborde aussi la musique dans toute sa diversité, de l’art traditionnel au trot puis au déferlement de la vague k-pop et le monde qui en découle. Nous terminons notre visite de l’art et de la culture coréenne par son cinéma. Il est en effet le déclencheur de la vague Hallyu par ses films puis par ses k-dramas.

 

Kimchi & Soju

La découverte d’un pays, c’est aussi celle de sa gastronomie. « Quelque chose de Corée du Sud » nous livre l’importance de la culture du « manger ensemble » et les codes pour se tenir convenablement à table. On aborde ensuite les plats emblématiques coréens et son célèbre BBQ coréen. En effet, impossible d’être Coréen s’en manger du kimchi et du riz à tous les repas ! Nous pouvons aussi en apprendre davantage sur les habitudes des Coréens pour se restaurer : la livraison, les pojangmachas (stand où l’on mange dans la rue) ou encore l’émergence du mukbang. Ce phénomène consiste à se filmer en mangeant de grosses quantités de nourriture.

Après la gastronomie, nous découvrons la culture de la boisson en Corée du Sud. L’importance – surement un peu trop grande 😉 – de l’alcool, notamment celle du soju, et tous les codes qui vont avec !  Bien sûr, on boit aussi entre collègues de travail et cela commence souvent par le poktanju (un mélange de bière avec un verre de soju). On vous rassure cependant, non, les Coréens ne boivent pas que de l’alcool ! Le thé avec toutes les vertus qu’il offre est aussi une boisson de choix ainsi que le café. En effet, les coffee shop sont présents partout dans les rues. Aussi, comme on peut avoir un petit creux même en plein milieu de la nuit, les convénients stores sont très nombreux !

 

Religions & Croyances

Parce qu’il n’est pas toujours facile de répondre à la question « Qui prie-t-on en Corée ? », le livre nous éclaire un peu plus ! En effet, il n’y a pas un courant de pensée qui s’impose véritablement dans le pays. Le chamanisme, le bouddhisme,  le confucianisme et le catholicisme coexistent. Les Coréens appartiennent souvent à plusieurs mouvements. Élise aborde chacun d’eux en détail ainsi que leur impact respectif sur le peuple coréen. L’auteure nous livre aussi certaines croyances coréennes comme celle du joeseung saja (l’équivalent de la faucheuse pour les Coréens) ainsi que les 4 animaux gardiens représentés un peu partout dans les lieux sacrés du pays. Nous pouvons aussi découvrir la symbolique des temples bouddhistes : ses portes, ses pavillons ou encore ses peintures.

 

La Corée au quotidien

Dernier chapitre du livre, nous entrons dans la vie quotidienne sud-coréenne où tout va très vite. En effet, la Corée du Sud est le pays le plus connecté au monde ! La 5G et déjà là et le e-sport (tournoi de jeux en ligne) est un véritable phénomène ! Les Coréens sont accros à internet et y passent, en moyenne, une cinquantaine d’heures par mois. Les netizens – autrement dit les utilisateurs d’internet, les citoyens du Net – ont une véritable influence. Ils sont considérés aujourd’hui comme le 4e pouvoir du pays. On aborde aussi la culture du « pali, pali », où il faut toujours faire preuve d’efficacité (livraison rapide, rendez-vous rapide, file d’attente courte dans les magasins, etc.).

Sujet beaucoup plus controversé, celui du culte de la beauté en Corée du Sud. Des critères très spécifiques à adopter qu’il convient de respecter pour être qualifié de « bel homme » ou de « belle femme ». Cette obsession entraîne alors la présence permanente de la chirurgie esthétique. L’appel du bistouri est partout. Les cosmétiques sont aussi très importants pour les femmes comme pour les hommes !

« Quelque chose de Corée du Sud » nous parle également des bains publics coréens, de la mode coréenne et du shopping, véritable loisir de prédilection pour les Coréens. Nous découvrons aussi l’importance du couple en Corée du Sud et des nombreuses célébrations pour l’occasion ! On découvre aussi la vie nocturne coréenne et tout un tas d’astuces et d’éléments qui font le charme de la Corée du Sud. L’enfer de la scolarité y est aussi traité ainsi que la pollution de l’air.

 

Le + de cette nouvelle version : la carte Mapstr !

La nouvelle édition de « Quelque chose de Corée du Sud » n’a rien à envier à son ancienne version déjà très sympa ! Mais, son vrai plus c’est bien la carte Mapstr.

Alors, qu’est-ce que cette fameuse carte Mapstr ? C’est une application qui vous permet de créer vos propres cartes de voyage, partout dans le monde, en ajoutant des adresses. Avec votre nouveau guide « Quelque chose de Corée du Sud », Nanika vous donne accès gratuitement à leur carte de la Corée du Sud. Ainsi, vous aurez accès à plus de 300 adresses à Séoul, mais aussi dans le reste de la Corée du Sud. Vous pourrez préparer vos itinéraires ou encore rechercher des adresses en fonction de catégories bien précises (vegan, traditionnel, nature, etc.) Enfin, lorsque vous sélectionnez un lieu, vous aurez accès à une fiche descriptive avec toutes les informations nécessaires et un commentaire de l’auteur sur le lieu. Vous pourrez aussi lancer l’itinéraire pour vous y rendre. Il vous alors faudra faire votre choix parmi les différentes applications de navigation.

Comment découvrir votre carte de Nanika gratuite ? Tout d’abord, installer l’application Mapstr et créer votre compte. Ensuite, flasher le QR code avec une application qui permet de réaliser cette opération. Une page s’ouvre et vous n’avez plus qu’à sélectionner « Obtenir ». La carte sera ensuite ajoutée à votre application.

 

En bref 

Un véritable plus sur la culture coréenne. « Quelque chose de Corée » regorge d’informations sur de multiples thématiques, dont certaines sont peu abordées. Très complet et facile à lire, on a une réelle vue d’ensemble des éléments qui constitue la méconnue identité coréenne.

Visuellement, le livre est très beau ! Coloré comme on les aime, de nombreuses photos prises par l’auteure ainsi que les illustrations de Fanny Ligier complètent à merveille les textes. Également, des cartes, des encadrés et des citations sont présents tout au long de votre lecture. Cela apporte un vrai dynamisme au livre !

Enfin, concernant la nouvelle carte interactive Mapstr, je trouve que c’est vraiment une super initiative et un vrai plus pour ce guide ! Cependant, je trouve que certains endroits sont un peu oubliés, sans adresses ou presque. À mon sens, il manque aussi des adresses incontournables. Malgré ce bémol, cela apporte toujours un véritable plus et sera contenter les personnes partant à la découverte de la Corée du Sud. Ce serait sympa que cette carte soit enrichie par la suite 😉 .

Cette nouvelle version de « Quelque chose de Corée du Sud » est toujours aussi sympa ! Je ne peux que vous recommander vivement cet ouvrage. Que vous ne connaissiez pratiquement rien à la culture coréenne ou, au contraire, que vous aimiez déjà la culture du pays, vous y découvrirez inévitablement de nouvelles choses. « Quelque chose de Corée du Sud » sera vraiment un super complément de voyage !

 

Connaissiez-vous déjà la première version de « Quelque chose de Corée du Sud » ? Avez-vous découvert cette nouvelle version ? N’hésitez pas à nous donner votre avis sur cette nouvelle version en commentaire !


Vous souhaitez acheter ce livre ?

Vous pouvez acheter ce livre directement sur le site internet de l’éditeur : Commander le livre

Ou bien,

Rendez-vous à la librairie Le Phénix –  72, boulevard de Sébastopol 75003 Paris – ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h

Sur leur site internet

D’autres découvertes littéraires ? Rendez-vous dans notre rubrique Littérature 😉 !

A propos Clothilde

26 ans, écrivain public et diplômée en Communication. Je suis fascinée par l’Asie depuis mon enfance. Curieuse et avide de découvertes, j'ai envie de partager avec vous ma passion pour la Corée du Sud. J'aime les voyages, l’architecture, la musique, l’écriture et les plaisirs simples que la vie a à nous offrir.

3 réflexions au sujet de « Découverte du livre « Quelque chose de Corée du Sud » »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.